A votre avis : combien de comptes Google Analytics sur des sites du gouvernement français?

Brève analyse effectuée sur les sites des gouvernements français ce matin. Nous sommes partis pour cela de la même méthodologie de travail utilisée que pour l’analyse des sites des mairies. Notre outil regarde donc si dans le code source du site internet il y a des éléments d’analyse d’audience, si oui, on indique dans un tableau la solution trouvée, c’est à dire soit Google Analytics, soit Piwik, soit AT Internet.

Les résultats de l’analyse

Comparé aux sites des candidats à l’élection présidentielle et aux mairies, les résultats ont l’air plutôt (très) bons (notre script n’est pas infaillible) en terme de non envoi de données aux États-Unis :

La solution d’AT Internet a en effet été trouvée en majorité écrasante sur plus de 90% des sites en .gouv.fr audités. Cela signifie que les données du trafic des internautes sur ces sites restent bien en France. A noter également l’absence totale de Piwik sur ces sites. On notera cependant la présence de Google Analytics sur 8% des sites.

Quels sont les sites du gouvernement qui utilisent Google Analytics?

Dans l’étude publiée sur les sites des candidats à l’élection présidentielle nous avions montré que http://www.elysee.fr/ avait Google Analytics d’installé dessus (non non ce n’est pas une blague, vous pouvez aller vérifier). Nous ne sommes donc pas surpris de le retrouver installé sur des sites du gouvernement. La question éthique restant cependant la même… est ce normal de mettre une technologie américaine qui envoie des données aux Etats-Unis sur le trafic des internautes français alors qu’il s’agit d’un service public?

Voici la liste des sites gouvernementaux qui utilisent Google Analytics :

  • http://www.education.gouv.fr;
  • http://agriculture.gouv.fr;
  • http://www.culturecommunication.gouv.fr;
  • http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr;
  • http://www.douane.budget.gouv.fr;
  • http://www.douane.gouv.fr;
  • http://www.hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr;

Pour information, pour cette liste, chaque site a été vérifié au 8 juin 2017 et ils utilisaient tous bien Google Analytics donc pas d’erreur possible.

Quel est l’échantillon utilisé?

La base de données est la même que pour celle utilisée en amont par les mairies, on a simplement sélectionné les noms de domaine qui se terminaient par .gouv.fr. Petite remarque, la majeure partie des sites du gouvernement rejettent le passage de Xenu, ce qui est bon signe, mais du coup certains sites de cette liste n’ont pas été vérifié et sont peut être inaccessibles. Dans tous les cas nous sommes partis d’une base de 311 sites internet :

Sur cette base, lors de notre analyse, seulement 140 sites en sont ressortis, nombreux d’entre eux étaient des redirections vers d’autres domaines déjà existants, voici les résultats finaux obtenus :

Confidentialité des Données Mentions Légales